Projet d'habitat semi-communautaire

Cet habitat innovant offrira à la fois:

  • Des logements individuels dans un ensemble collectif. Le principe est de distinguer une partie privative pour chaque habitant, locataire de son logement, et un lieu consacré à la vie collective, animé par la présence au quotidien d’accompagnants, professionnels et bénévoles, dans des rôles différents.

  • un large éventail relationnel, par le partage de repas et de soirées avec des bénévoles et l’inscription dans de nombreuses activités, pouvant aller des loisirs au travail rémunéré, en passant par la vie associative, favorisée et soutenue par les Moments Partagés.


Quelle en est l’utilité sociale ?


Parmi les 350.000 habitants du Béarn, 2 à 3.000 souffrent de psychoses lourdement invalidantes et dé-socialisantes, et autant de pathologies aux formes moins sévères, donc moins visibles.

Au-delà des 370 lits du CHS de PAU, destinées aux plus durement touchées, ces personnes disposent de 150 places en logements ou hébergements bien adaptés, en ville, ainsi que de 2 clubs d'activités à statut de GEM (Groupement d’Entraide Mutuelle).

Ainsi, le Béarn se trouve, comparé à beaucoup d’autres régions, plutôt bien pourvu en logements, lieux de rencontres, d’activités et de loisirs dévolus aux personnes en souffrance psychique.



Mais pour la plupart, ces dispositifs sont centrés sur Pau, et surtout ils ne répondent pas aux besoins de personnes dont les difficultés n’ont pas été repérées, ou qui n’entrent pas dans un protocole de suivi médical.


Ces personnes restent souvent repliées sur elles-mêmes, sans demande, silencieuses dans leur studio, ou dans leur famille. Elles et leurs proches ont bien conscience de difficultés, parfois de souffrance, souvent d’isolement, mais ne trouvent pas d’issue. Reconstruire du lien social est essentiel pour rompre le cycle des rechutes, améliorer la qualité de vie au quotidien, retrouver une place de citoyen au travers de la mise en œuvre de leurs compétences (principe de la Valorisation des Rôles Sociaux).



Pourquoi choisir d’allier habitat individuel et vie collective ?


L’habitat individuel répond au besoin d’autonomie et de vie « ordinaire » à la quelle aspire tout-un chacun. En complément, les temps partagés développent la vie sociale, relationnelle et affective, favorise la reconstruction de l’estime de soi, mettent en jeu les compétences de chacun. Toutes ces expérimentations vécues dans un climat bienveillant et protecteur, faciliteront ensuite leur expression au sein de la cité, au travers d’actions bénévoles, voire professionnelles.


Des professionnels de l’accompagnement soutiennent et facilitent la vie quotidienne de chacun, tandis que des bénévoles partagent certains moments de la vie collective, proposent des activités et/ou des temps de convivialité. Cette complémentarité ouvre à des relations d’égalité, basées sur le partenariat et l’engagement réciproque, entre intervenants et locataires.


La dimension du soin pour ceux qui en relèvent est prise en compte à l’extérieur du logement, en CMP, CATTP, Hôpital de Jour, ou chez le psy en ville. Un partenariat est cependant mis en place avec le CMP, afin d’assurer la complémentarité des interventions.


                                                                Les références du projet :

  • Psytoyens du Cœur est adhérent à IAF Réseau, dont la mission est d’assurer la reproduction sur le territoire national et international de lieux d’accueil et de vie reposant sur le même concept que la maison pilote basée à Besançon.A ce jour IAF réseau a validé, et soutient, 11 projets en France, dont celui des Psytoyens du Cœur.


  • Nos projets, nos actions, notre mode relationnel, s’inspirent de la Valorisation des Rôles Sociaux, qui cherche à promouvoir pour chacun, quels que soient son parcours et ses difficultés, ses compétences sociale et ses savoir-faire.


  • Par ailleurs, le projet s’appuie sur des partenariats forts avec la trame institutionnelle et associative locale.


Du projet à la mise en œuvre

Il nous semble évident que ce projet doit se construire en partenariat, pour des raisons d’efficacité, bien sûr, mais aussi parce que nul ne détient la solution tout seul ! Notre association prône les valeurs du partage et de la complémentarité, et nous nous devons de les vivre au travers de tous nos projets.




Nous pouvons mettre à la disposition de ce projet :

  • Notre réactivité, notre capacité d’innovation, notre souplesse d’action,

  • Notre réseau local bien implanté sur Oloron, tant auprès des institutionnels que des diverses associations,

  • Notre pool de bénévoles engagés de longue date à nos côtés,

  • Nos partenariats locaux avec des associations d’aide aux loisirs pour les personnes handicapées, et avec des professionnels spécialisés dans l’accompagnement, qui permettent aux locataires à la fois de bénéficier de leurs prestations et d’y proposer leurs actions bénévoles. En effet, si l’accès à l’emploi est encore plus difficile pour les publics auxquels nous nous adressons, il nous semble important de soutenir leur inscription citoyenne au travers d’activités associatives.

  • Nos liens établis avec liens avec le Centre Hospitalier des Pyrénées: service de réhabilitation psychosociale palois et le CMP d'Oloron, qui pourront être mis à profit pour l’établissement d’une convention de partenariat,

  • Et bien sûr les « Moments Partagés » comme support de lien social et d’activités.


Nous souhaitons appuyer notre inventivité et notre dynamisme sur une association gestionnaire, qui apportera sa rigueur et son savoir-faire pour la partie gestion locative, et sa reconnaissance auprès des organismes de contrôle et partenaires institutionnels du département,  de la région et de l’Etat.


Un partenariat avec un bailleur social serait également favorable à une réalisation rapide de notre projet. Il pourrait prendre la forme d’une convention, par laquelle Psytoyens du Cœur s’engagerait dans l’accompagnement de personnes en difficulté logées par cet organisme. Celui-ci pourrait mettre à disposition des Psytoyens un appartement assez grand pour accueillir les temps de vie collective et quelques activités.



En conclusion :


Ce projet d’habitat original est aujourd’hui (juin 2014) en phase de négociation entre différents partenaires (mairie d’Oloron, bailleur social, service de tutelles, et association gestionnaire).


Il bénéficierait grandement de la création sur notre secteur :

  • D’une structure d’accompagnement adapté et de soin type SAMSAH (service d’Accompagnement Médico-Social pour Adultes Handicapés)

  • D’un GEM (Groupe d’Entraide Mutuelle) pour développer et pérenniser  les actions d’insertion sociale, d’accès à la culture, aux loisirs et à la citoyenneté.